Découvrez pourquoi Theodora Kubaje a bon espoir que la radio contribuera à l’amélioration de sa sécurité alimentaire

Découvrez pourquoi Theodora Kubaje a bon espoir que la radio contribuera à l’amélioration de sa sécurité alimentaire

Don en ligne

Theodora Kubaje élève une nichée de pintades sur sa ferme familiale pour s’assurer que le régime alimentaire des sept membres de sa famille leur procure des protéines. Parfois, elle vend une pintade, afin d’avoir un revenu additionnel pour acheter des semences, des engrais ou faire des réserves alimentaires pour la période de soudure.
 
Les pintades jouent un rôle important dans la vie des agricultrices et des agriculteurs familiaux du district ouest de Kasena Nankana, dans la Région du Haut Ghana oriental. Au nord du Ghana, 90 pour cent des agricultrices et des agriculteurs élèvent des pintades, une volaille locale.
 
Même si les agricultrices et les agriculteurs éprouvent un certain engouement pour ce volatile, nombreux sont ceux et celles qui se posent la question de savoir comment ils peuvent améliorer la santé et la qualité de leurs nichées de pintades dans la Région du Haut Ghana oriental. Theodora affirme qu’il lui faut plus d’informations sur l’aménagement des poulaillers pour les pintades, les aliments qu’il faut leur donner à chaque stade de leur vie et les médicaments nécessaires pour les maintenir en bonne santé.
 
« Si on avait une émission radiophonique qui pouvait nous sensibiliser par rapport à ces opérations délicates, cela nous aiderait à résoudre le problème de sécurité alimentaire et accroître les revenus de ma famille et de ceux de mes collègues, » a-t-elle déclaré.
 
Nous avons noué un partenariat avec Radio URA dans la Région du Haut Ghana oriental, en vue de répondre uniquement à ces questions. Basé à Bolgatanga, Radio URA recevra une formation et un appui pour diffuser une campagne radiophonique participative sur la chaîne de valeur de la pintade, et les agricultrices et les agriculteurs brûlent d’impatience de l’écouter.
 

AyandorAdinda

Ayandor Adinda, un agriculteur qui élève des pintades.

AyandorAdinda

Appialora Alagiwugay un agriculteur qui élève des pintades.


 
« Si nous avions une émission qui pouvait aborder ces problèmes, cela nous permettrait d’augmenter le revenu familial et la sécurité alimentaire des populations du district, et je pourrais également réaliser mon rêve de meilleur éleveur de pintade de la Région du Haut Ghana oriental, » a déclaré Ayandor Adinda, un agriculteur qui élève des pintades en partie pour subvenir aux besoins de ses 13 enfants.
 
Appialora Alagiwugau espère également que l’émission répondra à leurs préoccupations concernant le taux de mortalité élevé et les faibles taux d’éclosion. En moyenne, 70 pour cent des poussins, ou pintadeaux, ne survivent pas, ce qui réduit considérablement le nombre de volatile dont dispose Appialora pour se nourrir et pour vendre.
 
« Une émission radiophonique afférente à ces problèmes contribuera largement à m’aider, de même que tous les éleveurs de pintades dans cette région et améliorer leurs conditions de vie, » déclara-t-il.
 
URA Radio diffusera également une émission sur le service d’information « Radio Place du marché » pour aider les agricultrices et les agriculteurs à accroître les revenus que leur rapporte la vente de pintades. Les émissions « Radio Place du marché » traitent des barrières commerciales que les agricultrices et les agriculteurs peuvent avoir à surmonter et expliquent les rudiments de la commercialisation : le lieu, le prix, le produit et les bénéfices.
 
Il s’agit de la deuxième phase d’un projet mené à bien et dont ont bénéficié 2,5 millions d’agricultrices et d’agriculteurs au Malawi et en Tanzanie. Le projet « La Radio pour le développement de la chaîne de valeur agricole » a fourni aux agricultrices et aux agriculteurs de précieuses informations sur les chaînes de valeur locales, dont l’arachide (cacahuètes) au Malawi et le manioc en Tanzanie.
 
La deuxième phase proposera des émissions radiophoniques sur les chaînes de valeur de la pintade et du niébé au Ghana et des émissions sur la chaîne de valeur des légumineuses au Mali.
 
La réalisation de projet a été rendue possible grâce au financement du gouvernement du Canada, mais une aide financière de contrepartie est demandée aux donateurs de RRI pour acheminer cette émission aux agricultrices et aux agriculteurs comme Appialora, Ayandor et Theodora.
 
Aidez-nous à fournir aux agricultrices et aux agriculteurs comme Appialora, Ayandor et Theodora les informations dont ils ont besoin en tant qu’éleveurs de pintades.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *