Faciliter l’accès au marché pour les productrices et les producteurs de maïs ghanéens

L’agriculture est cruciale pour l’économie du Ghana. Ce secteur représente environ deux tiers du PIB national. Cependant, les agricultrices et les agriculteurs d’exploitations agricoles subissent fréquemment des pertes en raison de la mauvaise qualité de leurs produits et du manque de pouvoir de négociation dont ils disposent sur les marchés. Avec des informations de qualité diffusées à temps et à travers un moyen de communication accessible, les agricultrices et les agriculteurs peuvent améliorer leurs récoltes et apprendre comment obtenir de meilleurs prix sur le marché. Cela leur permettra d’améliorer la sécurité alimentaire et de réduire la pauvreté.
 
Réalisé en partenariat avec Concern Universal-Ghana et quatre stations de radio, ce projet vise à apporter aux productrices et aux producteurs de maïs de la Région de Brong-Ahafo des informations nécessaires sur la récolte, la transformation consécutive à la récolte et le marché qui rendront les activités agricoles plus rentables. Ces informations viennent en complément des investissements accordés par le gouvernement aux productrices et aux producteurs de maïs, ainsi qu’aux marchés du maïs.

Normes harmonisées pour la culture et la transformation du manioc et de la pomme de terre

L’Ouganda, la Tanzanie, le Rwanda, le Kenya et le Burundi ont adopté des normes harmonisées pour la culture, la récolte, le séchage, le calibrage, l’ensachage et la transformation du manioc et de la pomme de terre. Les avantages liés à l’adoption de ces normes sont importants, car cela permettra aux agricultrices, aux agriculteurs et aux entreprises transformatrices de vendre leurs produits à un meilleur prix et d’entrer sur plus de marchés, y compris les marchés transfrontaliers. Toutefois, les agricultrices et les agriculteurs doivent comprendre en quoi consistent ces normes et la procédure à suivre pour s’y conformer.

La radio constitue un moyen parfait de partager avec les agricultrices et les agriculteurs les informations relatives à ces nouvelles normes, les mesures à prendre pour les respecter et les avantages qu’elles pourraient procurer. La radio permet aussi aux agricultrices et aux agriculteurs d’exprimer leur point de vue sur le sujet.

En partenariat avec l’Institut international d’agriculture tropicale, quatre sketches radiophoniques sont en cours de réalisation, afin d’apprendre aux agricultrices et aux agriculteurs comment adapter leurs méthodes de récolte et de transformation de sorte à respecter ces normes. Des audioscripts seront distribués aux stations de radio des cinq pays couverts par le projet, en vue de susciter des changements et des discussions en Afrique de l’Est.

Partenariats avec les Canadiens

Voice of women farmers
Ce projet fait partie de l’Initiative Radios Rurales au féminin
Bien que tous les projets de RRI soient conçus pour être accessibles et utiles aux hommes et aux femmes, les projets de Radio Rurales au féminin mettent un accent particulier sur la voix et les besoins des agricultrices africaines en termes de savoir.

Les petits exploitants agricoles africains figurent parmi les plus vulnérables à la famine, en dépit du fait qu’ils produisent habituellement 70 % ou plus des vivres de leurs pays. Maints facteurs contribuent à ce problème, mais un élément important de la solution consiste à partager la connaissance de la façon de tirer plus d’avantages de la « chaîne de valeur » agricole à laquelle sont reliés les petits exploitants agricoles. En choisissant le bon matériel végétal, en récoltant au bon moment, en transformant et en entreposant les produits agricoles avec soin et en négociant avec des acheteurs différents, les petits exploitants agricoles peuvent cultiver davantage de nourriture pour leurs familles et tirer plus de revenu des produits agricoles qu’ils vendent.

Radios Rurales Internationales aidera les agriculteurs à valoriser efforts à chaque stade de la chaîne de valeur avec une nouvelle initiative appelée Une radio pour le développement de la chaîne de valeur agricole.  Ce projet aidera les petits exploitants agricoles à obtenir une sécurité alimentaire améliorée et un meilleur revenu en utilisant des stratégies radiophoniques participatives pour rehausser leur participation à certaines chaînes de valeur comme les arachides, la volaille et le manioc. C’est un projet multipays au Mali, en Tanzanie, au Ghana et au Malawi.

Canada Flag Projet entrepris avec l’appui financier du gouvernement Canadien fourni par Affaires mondiales Canada (AMC).

Depuis 2007-2010, Radios Rurales Internationales, avec l’appui généreux de la Fondation Bill & Melinda Gates, a géré un des projets de recherche-action les plus approfondis dans l’histoire de la radio en Afrique. Le projet, appelé Initiative de recherche sur les radios rurales en Afrique (IRRRA), visait à mieux comprendre l’efficacité de la radio agricole pour atteindre les objectifs de sécurité alimentaire des ménages agricoles ruraux en Afrique. Lorsque le projet a pris fin, nous avons eu les résultats… Nous savons maintenant que la radio participative peut avoir un important effet de transformation sur la façon dont les agriculteurs forgent leurs opinions, recueillent des connaissances et choisissent les cultures à faire pousser sur leurs fermes. Élément très important, nous avons appris que la radio (lorsqu’elle est faite en fonction de certaines normes) a un énorme rôle à jouer dans l’agriculture africaine.

Lisez davantage sur les résultats de notre recherche pionnière ici.

Par l’entremise de l’IRRRA, nous avons appris ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas et nous avons appris comment mobiliser les radiodiffuseurs et les former pour mieux servir leurs collectivités agricoles. Comment faire le suivi d’un vaste projet de recherche comme celui-ci?  Il était temps d’utiliser ces apprentissages pour donner des résultats aux agriculteurs, en collaborant avec d’autres partenaires agricoles pour étendre la portée des innovations agricoles durables appropriées.

C’est ce que nous faisons maintenant, grâce à une deuxième subvention de la Fondation Bill & Melinda Gates, accordée en septembre 2010, pour l’Initiative des résultats des radios rurales en Afrique (IRRRA-2).  Nous formons des partenariats avec des organismes comme l’Institut international de recherche sur les cultures des zones tropicales semi-arides (ICRISAT) et nous collaborons avec certaines stations de radio africaines pour concevoir et gérer des émissions radiophoniques participatives qui ont des résultats mesurables pour des millions d’agriculteurs en Afrique sub-saharienne.  La subvention étoffe également notre programme de formation des radiodiffuseurs, ce qui nous permet d’élaborer une liste de formateurs radiophoniques africains hautement qualifiés qui peuvent dispenser des services de formation dans les stations à des partenaires radiophoniques.  Bon nombre des projets que nous avons pu entreprendre depuis 2010 ont été rendus possibles grâce à l’appui soutenu de la Fondation Bill & Melinda Gates.

Barza – la collectivité en ligne pour les radiodiffuseurs africains

Depuis des décennies, notre travail traditionnel consistait à fournir des textes imprimés aux radiodiffuseurs à travers le monde.  Nous le faisons encore mais notre rôle a évolué.  Le réseau a grossi, la technologie a changé et le temps était venu d’offrir une nouvelle façon pour les radiodiffuseurs de se connecter entre eux et de partager des ressources : voici Barza, la collectivité en ligne pour les radiodiffuseurs africains. Barza est un mot français congolais ayant des racines en kiswahili, qui signifie « L’endroit où les gens du village se rencontrent sous un arbre pour parler et régler les questions concernant la collectivité ».  Nous voulions créer un espace pour les radiodiffuseurs, qui partagent tous des expériences similaires même s’ils peuvent être éloignés de milliers de kilomètres, pour interagir et partager des ressources avec leurs pairs.

Grâce à l’appui sensationnel du Centre de recherches pour le développement international (CRDI) et du Centre technique de coopération agricole et rurale ACP-UE (CTA), nous avons fait de Barza une réalité.  C’est un endroit où les radiodiffuseurs peuvent accéder à notre bibliothèque de textes, à Agro Radio Hebdo et aux modules de formation en ligne.  Il offre également aux radiodiffuseurs un moyen de partager des textes et des émissions qu’ils ont créés.  Et c’est un endroit où les radiodiffuseurs peuvent discuter de sujets, bavarder en ligne et se suivre. Nous recueillons constamment des rétroactions des radiodiffuseurs africains sur la façon de rendre le site le plus utile dans leurs activités quotidiennes.

http://www.barzaradio.com/