TIC novatrices pour accroître l’utilisation des techniques agricoles en Éthiopie

Les agents de vulgarisation agricole constituent des ressources très précieuses pour les agricultrices et les agriculteurs qui désirent accroître leurs récoltes. Ils peuvent vous montrer des astuces pour combattre une nouvelle maladie ou des conseils sur les pratiques de plantation et de gestion après la récolte. Malheureusement, les agricultrices et les agriculteurs qui vivent dans les régions éloignées communiquent rarement avec les agents de vulgarisation agricole.
 
Cependant, les technologies de l’information et des communications (TIC) peuvent rapprocher les agricultrices, les agriculteurs et les agents de vulgarisation. Lorsqu’on l’associe aux téléphones cellulaires pour créer des TIC tels que le système « Bip-à-voter », ainsi qu’à la sensibilisation par la vidéo participative, la radio peut susciter l’intérêt des agricultrices et des agriculteurs et leur fournir les renseignements dont ils ont besoin.
 
Cette approche novatrice associera la radio et la vidéo pour toucher les groupes d’écoute dans les régions triées sur le volet en Éthiopie. Les émissions participatives, animées par des radiodiffuseuses et des radiodiffuseurs locaux, feront la promotion des semences de qualité et de la production de blé et de maïs en vue de fournir à 900 000 agricultrices et agriculteurs les informations dont ils ont besoin pour accroître leur production.

Bien que plus de la moitié de la population active participe au secteur agricole, le Programme alimentaire mondial classe le Ghana dans la catégorie des pays en déficit vivrier. Pourtant, les possibilités pour une meilleure productivité des cultures indispensables à la sécurité alimentaire, y compris le maïs, le riz, le sorgho, le manioc, l’igname et le niébé sont considérables. Les agents de vulgarisation agricole constituent une ressource très précieuse pour les agricultrices et les agriculteurs qui désirent accroître leurs récoltes. Les agents de vulgarisation expliquent les avantages des différentes méthodes d’éradication des maladies ou des ravageurs et des organismes nuisibles, et avisent les agricultrices et les agriculteurs des avantages que procurent les variétés améliorées de semences ou les engrais. Toutefois, les agents de vulgarisation agricoles ne peuvent pas être partout. Plusieurs agricultrices et agriculteurs qui vivent dans les régions éloignées reçoivent rarement la visite des agents de vulgarisation.
 
La radio, la vidéo, les SMS, les applications mobiles et d’autres technologies de l’information et des communications (TIC) peuvent permettre d’offrir des services de vulgarisation de qualité, en plus de compléter les services de vulgarisation traditionnels, à un plus grand nombre d’agricultrices et d’agriculteurs. En utilisant les TIC, ce projet vise à élargir la portée des informations agricoles, améliorer l’efficacité des services de vulgarisation locaux et promouvoir un changement de comportement durable chez les agricultrices et les agriculteurs d’exploitations familiales afin qu’ils puissent augmenter leur production et améliorer leur sécurité alimentaire.
 
Le présent projet est réalisé conjointement par la Grameen Foundation, Digital Green et Radios Rurales Internationales afin de proposer à 200 000 ménages agricoles de cinq régions du Ghana des émissions radiophoniques participatives de RRI, diffusées dans les régions de Brong Ahafo et de la Volta. Ce projet associera la radio et les TIC pour offrir des services radiophoniques participatifs qui permettent aux agricultrices et aux agriculteurs d’avoir connaissance des améliorations agricoles et de livrer leurs impressions, afin que les agents de vulgarisation puissent cerner leurs besoins en matière d’informations. Les vidéos participatives compléteront les émissions radiophoniques en expliquant davantage les améliorations agricoles plus complexes. Les techniques utilisées sont adaptables et fiables, permettant ainsi de transmettre plus souvent des renseignements agricoles importants à un plus grand nombre d’agricultrices et d’agriculteurs.
 
Le Fonds de stimulation des services de vulgarisation en TIC de la Nouvelle Alliance est une composante de la Nouvelle Alliance pour la Sécurité Alimentaire et la Nutrition qui vise à éliminer les contraintes qui empêchent les agricultrices et les agriculteurs d’exploitations familiales, et surtout les femmes, d’augmenter leur production. De nombreux bailleurs de fonds contribuent au fonds de stimulation, y compris l’Initiative « Feed the Future » par l’entremise de l’USAID, la Bill & Melinda Gates Foundation et l’agence d’aide britannique du gouvernement du Royaume-Uni. Ce projet travaillera également en étroite collaboration avec l’initiative « Scaling Seeds et Other Techologies Partnership » (SSTP) (Partenariat pour l’accroissement des semences et des technologies) de la Nouvelle Alliance mise en œuvre par AGRA.

Les centres de recherche nationaux et internationaux ne cessent de développer et d’améliorer un éventail de pratiques agricoles intelligentes face au climat et sensibles aux enjeux nutritionnels. Pourtant, très souvent, ces pratiques ne sont pas adoptées par les agricultrices et les agriculteurs d’exploitations familiales qui pourraient en bénéficier le plus. Il est possible que les agricultrices et les agriculteurs ne soient pas en mesure d’accéder aux informations qui les aideraient à comprendre, évaluer, prendre une décision par rapport à ces nouvelles pratiques et les adopter. Ou alors ces innovations ne correspondent ni aux besoins et aux priorités des agriculteurs, en général, ni des agricultrices, en particulier.
 
Radios Rurales Internationales utilise la radio pour combler ce vide, en offrant des services consultatifs agricoles et des émissions agricoles efficaces aux agricultrices et aux agriculteurs, tout en amplifiant leurs voix à travers des émissions radiophoniques interactives. Grâce à l’appui d’Irish Aid, le présent projet s’assurera qu’un million d’agricultrices et d’agriculteurs de quatre pays reçoivent les informations dont ils ont besoin à travers des émissions radiophoniques participatives viables et à la carte.
 
Notre objectif à long terme est de participer à l’amélioration de la qualité des émissions dans huit stations, et ce, en apportant un soutien à quatre autres partenaires de longue durée de RRI. Lesdites stations recevront un appui pour la réalisation de leurs émissions, y compris les campagnes radiophoniques participatives (CRP) et les émissions agricoles ordinaires, et l’accent sera mis sur la planification et la pérennité des activités.
 
Ce projet est la continuation du projet « Développer des services radiophoniques agricoles interactifs axés sur la demande et permanents », en cours de réalisation avec l’appui généreux d’Irish Aid.

Les haricots sont une denrée généralement cultivée et consommée au nord de la Tanzanie, mais leur productivité pourrait être améliorée si les agricultrices et les agriculteurs avaient accès aux plus récents résultats de recherche afférents à l’utilisation d’engrais mélangés ou de nouvelles variétés.

Dans le cadre d’un consortium d’associations, dénommé Legume Alliance, Radios Rurales Internationales concevra une série radiophonique agricole de 12 à 16 semaines, en vue de promouvoir un ensemble de techniques éprouvées pour une meilleure production de légumineuses avant le début de la saison de plantation de légumineuses, au nord de la Tanzanie, en octobre 2015. La série fera la promotion de nouvelles variétés de légumineuses et traitera de la purification des semences, l’utilisation de légumineuses en culture intercalaire, l’importance des engrais mélangés et plusieurs autres sujets.

Les membres de la Legume Alliance se sont associés pour tester une nouvelle stratégie de communication d’informations lors de campagnes lancées conjointement, et ce, à l’aide d’approches multimédias mises en œuvre simultanément.

RRI travaillera en étroite collaboration avec une station de radio régionale choisie par les agricultrices et les agriculteurs, ainsi que des partenaires clés (Legume Alliance, agents de vulgarisation agricole gouvernementaux, marchands d’intrants agricoles et stations de radio) pour concevoir, réaliser et diffuser la série radiophonique. Cette série incorporera une gamme d’outils TIC, tels que le téléphone cellulaire et le vote par SMS, dont l’efficacité sera évaluée à la fin du projet.

Voice of women farmers
Ce projet fait partie de l’Initiative Radios Rurales au féminin
Bien que tous les projets de RRI soient conçus pour être accessibles et utiles aux hommes et aux femmes, les projets de Radio Rurales au féminin mettent un accent particulier sur la voix et les besoins des agricultrices africaines en termes de savoir.

 

En 2013, Radios Rurales Internationales s’est associée à HarvestPlus en Ouganda pour diffuser un feuilleton radiophonique sur Florence, sa famille et les patates douces à chair orange (PDCO). L’émission radiophonique a réussi à sensibiliser les agricultrices et les agriculteurs familiaux par rapport aux bienfaits du tubercule riche en vitamine A, et la demande pour les boutures de PDCO a dépassé l’offre durant les trois périodes des semis suivant la diffusion du feuilleton My Children. En travaillant avec 10 stations de radio partenaire, dans six langues, ce projet qui a touché 13 districts ougandais a prouvé qu’une série de mini feuilletons radiophoniques, associée au vote interactif offert par le système bip-à-voter, constitue une méthode divertissante et rentable de renforcer la prise de conscience et le savoir sur les légumes nutritifs.

Suite à la première saison de My Children qui a remporté un énorme succès auprès de 13 districts de l’Ouganda, Radios Rurales Internationales s’associera à nouveau avec l’alliance mondiale HarvestPlus en Ouganda pour produire la deuxième saison de ce feuilleton divertissant et instructif. Chaque épisode durera 10 à 15 minutes et fera partie d’une émission radiophonique interactive de 30 minutes soigneusement conçue et diffusée pendant 25 à 30 semaines.

L’objectif est de permettre à 1,5 million d’agricultrices et d’agriculteurs de 19 districts ougandais (dont au moins 40 pour cent sont des femmes) de s’informer sur des pratiques agricoles améliorées afférentes à la PDCO. En outre, nous désirons offrir à 200 000 agricultrices et agriculteurs (dont 50 pour cent sont des femmes) les renseignements dont ils ont besoin pour tester au moins une méthode de production améliorée ou avoir accès pour la première fois aux boutures.

Voice of women farmers
Ce projet fait partie de l’Initiative Radios Rurales au féminin
Bien que tous les projets de RRI soient conçus pour être accessibles et utiles aux hommes et aux femmes, les projets de Radio Rurales au féminin mettent un accent particulier sur la voix et les besoins des agricultrices africaines en termes de savoir.

 
Dans plusieurs pays africains, les services de vulgarisation sont plus à la portée des agriculteurs, bien que les femmes sont souvent aussi les productrices des cultures vivrières. Les femmes doivent jouir d’un accès continuel à des informations fiables et pertinentes pour pouvoir mieux s’adapter aux défis auxquels sont confrontés tous les agricultrices et les agriculteurs d’exploitations familiales. En outre, elles doivent avoir la possibilité d’ajouter leurs voix, leurs questions et leurs observations aux débats portant sur l’agriculture et la sécurité alimentaire.
 
Les émissions radiophoniques locales, lorsqu’elles sont conçues en tenant compte des femmes, peuvent procurer à ces dernières les renseignements qui leur permettront d’accroître leurs récoltes et leurs revenus. Avec l’appui du Fonds international pour le développement agricole (FIDA), Radios Rurales Internationales fournira à des centaines de femmes les ressources et la confiance dont elles ont besoin pour raconter leurs histoires personnelles à la radio, et ce, à leur façon. Il s’agit de la radio pour les femmes, par les femmes.
 
Une formation réunira des femmes de groupes d’écoute de quatre pays qui apprendront les technologies mobiles et les techniques radiophoniques nécessaires pour l’enregistrement de leurs propres observations, questions et témoignages et l’échange de ces informations avec les radiodiffuseuses et les radiodiffuseurs. Douze stations de radio bénéficieront d’une formation destinée à renforcer leurs capacités en ce qui a trait à la place accordée à l’égalité de genre dans les émissions agricoles. Ces stations seront encouragées à diffuser les observations, les questions et les histoires de femmes, et à mettre tout en œuvre pour que les problèmes des femmes soient abordés sur les ondes durant les émissions habituelles.

En 2012, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a lancé le projet Knowledge for Forests (Connaissances sur les forêts) pour mobiliser de l’aide et des engagements, afin d’atteindre l’objectif fixé par le Défi de Bonn, à savoir la restauration de 150 millions d’hectares de terres dégradées et déboisées d’ici 2020.
 
Radios Rurales Internationales appuie l’UICN dans la réalisation des buts de ce projet, ainsi que des projets de restauration des paysages forestiers (RPF) y afférents en Ouganda à travers l’utilisation de stratégique radiophoniques participatives visant à sensibiliser les agricultrices et les agriculteurs par rapport aux possibilités et aux avantages liés à la restauration des terres dégradées. Les techniques utilisées dans le cadre de la RPF englobent la plantation d’arbres, l’utilisation de tranchées pratiquées dans le sol, les jardins potagers et le paillage.
 
L’équipe ougandaise a réalisé, en étroite collaboration avec l’UICN, une étude formative, choisi Kapchorwa Trinity Radio comme station de radio partenaire et a formé des radiodiffuseuses et des radiodiffuseurs sur les émissions radiophoniques participatives, ainsi que les TIC. Les émissions débuteront au début de l’année 2015.

Dans les régions de Mtwara et Lindi en Tanzanie, 87 pour cent des agriculteurs et des agricultrices dépendent de l’agriculture pluviale. Sans pluie, leur sécurité alimentaire est menacée. La région possède un bon potentiel de croissance, mais a connu une faible pluviométrie ces dernières années. La région de Lindi a également un des pourcentages les plus élevés de ménages qui n’ont pas accès aux conseils de vulgarisation. Les services de vulgarisation agricoles peuvent prodiguer aux agriculteurs et aux agricultrices les conseils techniques dont ils ont besoin pour surmonter ces difficultés.
 
Ce projet se sert de la radio pour étendre la portée des services de vulgarisation agricoles à moindre coût et de manière durable. La radio sera utilisée pour fournir des informations techniques, des recommandations et du soutien par rapport aux pratiques agricoles afférentes à la culture du riz et du sésame. La radio permettra également de fournir aux agriculteurs et aux agricultrices des renseignements sur les marchés, tels que l’accès aux intrants, les prix et les informations sur les acheteurs. Les agriculteurs et les agricultrices utiliseront les ondes pour discuter, partager leurs expériences et poser des questions qu’ils et elles jugent importantes.
 
Le projet devrait toucher plus de 160 000 agriculteurs et agricultrices des régions de Mtwara et Lindi, tout en encourageant l’utilisation de pratiques agricoles améliorées et en encourageant la station de radio partenaire à poursuivre la production et la diffusion régulière d’émissions radiophoniques agricoles efficaces après la fin du projet. En outre, ce projet renforce le travail de notre partenaire, le Programme de soutien aux régions rurales côtières de la Tanzanie (PSRRC(T)), mis en œuvre par la Fondation Aga Khan et dont la mission est d’étendre la production de variétés améliorées de riz et de sésame dans les régions du sud de la Tanzanie.

La pomme de terre est un légume très prisé dans les zones rurales de l’Éthiopie. Toutefois, plusieurs facteurs empêchent les agricultrices et les agriculteurs de maximiser leurs récoltes, y compris les sols arides, les mauvaises semences et la rareté des pluies. Des semences améliorées, des informations sur l’éradication de la bactérie et la promotion des pommes de terre à la chair orangée, riches en vitamine pourraient permettre aux agricultrices et aux agriculteurs d’obtenir de meilleures récoltes et des produits plus nutritifs.
 
Ce projet vise à utiliser la radio pour donner aux agricultrices et aux agriculteurs de la Région des nations, nationalités et peuples du Sud des informations et des conseils dont ils ont besoin pour mieux gérer ces difficultés, en vue d’assurer la sécurité alimentaire de leurs familles et leurs collectivités.
 
Radios Rurales Internationales prépare une série d’émissions radiophoniques participatives pour mener à bien la saison de production des pommes de terre grâce à des informations et une assistance techniques. Ces émissions informeront les productrices et les producteurs de pomme de terre sur les avantages dont ils bénéficieront en changeant leurs pratiques agricoles, tout en leur offrant l’occasion de partager leurs questions et leurs expériences.
 

Ce projet est réalisé en partenariat avec le Centre international de la pomme de terre.

Le savoir est un pouvoir, mais les décideurs insistent souvent sur ce qu’ils doivent dire aux agricultrices et aux agriculteurs au lieu de s’attarder sur qu’ils ont besoin d’entendre de la part de ces derniers. Qu’ils ou elles soient au champ, dans la collectivité ou au marché, les agricultrices et les agriculteurs vivent des expériences, ont des perspectives, des opinions, des besoins, des ambitions et des questions importants pour les décideurs, les administrateurs de programmes des ONG, les agents de vulgarisation, ainsi que les chercheurs et les chercheurs du secteur agricole.
 
Le but de ce projet est de mettre en contact ces agricultrices et ces agriculteurs avec les personnes qui ont besoin de les écouter, y compris Radios Rurales Internationales et ses partenaires. Ce projet utilisera les cellulaires, les multimédias et la radio FM pour renforcer le dialogue avec les agricultrices et les agriculteurs. Le Listening Post Service en Tanzanie collectera des histoires et des informations auprès des agricultrices et des agriculteurs à l’aide de SMS, de sondages d’opinion « bip-pour-voter » et de sorties sur le terrain des réalisateurs et des réalisatrices radiophoniques, ainsi que des radiodiffuseurs.
 
La réalisation de ce projet a été possible grâce au soutien de la Fondation Bill & Melinda Gates.